Notre site Web n'est pas optimisé pour la version de votre navigateur.

Voir la page de toute façon

[CommPresse] Appel contre la violence en Iran

28 novembre 2022 – Les Femmes du Centre Femmes Suisse demandent que la Suisse intensifie ses efforts pour empêcher de nouvelles condamnations à mort de prisonniers politiques et pour stopper les exécutions. Si elle n’y parvient pas dans un délai raisonnable, le Conseil fédéral doit reprendre intégralement les sanctions de l’UE. Il s’agit d’utiliser le mandat de puissance protectrice pour plus de paix, de liberté et de justice !

 

Les Femmes du Centre Femmes Suisse sont aux côtés du peuple iranien qui se défend contre le régime iranien. Elle exige la liberté et l’intégrité physique pour les femmes en Iran.

 

Les Femmes du Centre Femmes Suisse demandent au Conseil fédéral :

  • De tout mettre en œuvre pour empêcher de nouvelles condamnations à mort de prisonniers
  • De stopper les exécutions des condamnations à mort déjà prononcées
  • De demander au gouvernement iranien de mettre fin immédiatement à la répression des manifestant.e.s.
  • Si la Suisse ne parvient pas, dans le cadre des possibilités diplomatiques, à mettre en œuvre ces exigences, elle doit reprendre les sanctions de l’UE contre les représentants du gouvernement et les gardiens de la révolution.

 

Le Parlement est invité à faire une déclaration demandant aux autorités de la République islamique d’Iran de respecter les conventions internationales signées par le pays, comme le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 23 mars 1976. La répression des manifestants ainsi que les condamnations à mort doivent être condamnées et l’arrêt immédiat des exécutions doit être exigé.

 

Les Femmes du Centre Femmes Suisse s’engagent à tous les niveaux pour la protection de la population civile en Iran et pour l’adoption des sanctions contre le régime iranien. Ainsi, les Femmes du Centre Femmes Suisse se sont engagées au sein de la CPE-E pour la reprise des sanctions contre l’Iran. Plusieurs femmes, dont la conseillère nationale Marianne Binder et la présidente Christina Bachmann-Roth, soutiennent le mouvement de protestation iranien.

Christina Bachmann-Roth souligne : « La Suisse ne doit pas rester spectatrice de l’exécution de personnes en Iran parce qu’elles expriment librement leur opinion. La Suisse a une responsabilité spéciale en raison de ses relations diplomatiques ».

 

La Suisse a définitivement son rôle à jouer !

La Suisse jouit d’un grand respect auprès de la population iranienne et de nombreux Iraniens vivent en Suisse. Ceux-ci travaillent souvent aussi à des postes à responsabilité. La Suisse a maintenu des relations diplomatiques fortes et a par exemple aussi un mandat de puissance protectrice pour les Etats-Unis en Iran. La Suisse doit maintenant utiliser ces possibilités d’influence.

 

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Christina Bachmann-Roth, présidente Le Centre Femmes Suisse, 079 686 47 95

Stéphanie Fleury, secrétaire générale Le Centre Femmes Suisse, 078 224 26 56

Engage-toi